Comprendre l’affaire BART

Voici un récapitulatif de l’affaire BART, pour toi public :

BART (Bay Area Rapid Transit) est un système de trains électriques pour le transport de voyageurs dans la baie de San Francisco.
Le système existe depuis longtemps, on peut situer la création de BART à 1960 environ.
BART couvre 5 lignes et 44 stations.

Pour assurer la sécurité de ce système et de ses usagers, une police particulière, la Bart PD, une agence gouvernementale a été créée.
Cette police a connu plusieurs drames dans son histoire. En janvier 2009, l’officier Johannes Mehserle tire sur un jeune homme de 22 ans nommé Oscar Grant III, impliqué dans une bagarre, qui est blessé mortellement (il meurt à l’hôpital).
Mais la situation dans laquelle s’est déroulé l’incident a fait scandale quand des vidéos sont apparus sur Internet.
On découvre que Oscar Grant III n’était pas armé, était allongé et sous contrôle des policiers quand l’officier lui a tiré dessus.
Dès le lendemain des manifestations ont eu lieu et on dégénérées : incendies de poubelles, voitures de police, cassage de vitres…

L’officier est arrêté et poursuivi pour meurtre, accusation pour laquelle il plaidera non coupable.
En juillet 2010, il est condamné pour meurtre involontaire à deux ans de prison.
Enfermé dans une cellule privée éloignée des autres prisonniers, il sera libéré sur parole après moins d’un an, de quoi raviver les protestations.

Environ 1 mois plus tard, juillet 2011, rebelote. La police est confronté à un homme saoul, Charles Blair Hill, 45 ans, armé d’une bouteille cassée et de deux couteaux. Il essaye d’en lancer un sur un officier.
Un officier répond en lui tirant 3 balles dans le torse alors que la police était aussi équipée de tasers…
Là encore une vidéo a fait irruption.

Les manifestations ont repris aussitôt. Des mouvements consistant à bloquer les portes des trains ou se mettre sur les toits ont occupé les agents de BART.

BART, qui offre depuis 2004 des facilités de communication à ses usagers (relais/répéteurs GSM, WiFi & co, voir la section Recent History sur la page wikipedia) a décidé de couper son service ponctuellement sans doute pour empêcher les manifestants de s’organiser ou empêcher que des photos/vidéos/tweet soit transmis en direct.

Cette façon d’agir a été fortement critiquée. Certains parlent même d’une atteinte au premier amendement. Pour d’autre BART n’est pas le fournisseur des communications, juste un relais, et son service est un plus, il en fait donc ce qu’il veut.
Toutefois le fait de couper ces relais au moment d’une manifestation a mené l’EFF à comparer BART au gouvernement Moubarak.

Il n’en fallait pas plus pour que le groupe Anonymous s’empare de l’affaire et pirate le site mybart.org, un site marketing dédié aux usagers du réseau et leak les données récupérées.
Une attaque DDoS sur bart.gov a aussi été lancée pendant 6 heures, le temps durant lequel BART avait coupé les communications.
Une protestation IRL pacifique au aussi eu lieu.

Plus tard c’est directement la police de BART qui est victime d’Anonymous. Le site bartpoa.org, une association des officiers de la police de BART est piraté.
L’auteur de cette attaque serait une française qui réalisait son premier hack.

Les taïwanais de Next Media Animation ont à leur habitude créé une vidéo rigolote qui résume tout ça.

2 réflexions au sujet de « Comprendre l’affaire BART »

Les commentaires sont fermés.