300 000 euros pour une CNIL qui va mal

La CNIL avait interpellé les pouvoirs publics de sa mauvaise santé.
En effet les activités de la CNIL n’ont pas cessé d’augmenter mais son financement n’a pas suivi.
Le premier ministre a décidé de donner une ralonge de 300 000 euros pour le présent exercice.

Origine de l’article :
http://www.cnil.fr/index.php?id=2159